Peaux épaisses de Serge Le tendre et Pasquale Frisenda

Peaux épaisses est une adaptation du roman de Laurent Genefort Les peaux-épaisses publié en 1992 et toujours disponible chez Folio SF.

Les peaux-épaisses sont des êtres dont les gènes ont été renforcés et complétés pour pouvoir travailler dans l’espace. Ils vivent en clan subissent des discriminations de la part des humains, et sont traqués par des chasseurs pour leurs peaux. Lark fut l’un d’eux avant de devenir un mercenaire au service d’une junte sur la planète Es Morandi.

Pendant une opération contre des rebelles civiles, il est blessé. Le soir même, alors qu’il s’apprête à fêter la victoire, il reçoit un message codé :  » Le passé qui nous a vus naître nous protège. Pour combien de temps » . fatigué des combats, intrigué par ce message, Lark décide qu’il est temps pour lui de raccrocher. Il embarque pour la planète naine Archange sur les traces de son clan qu’il soupçonne d’être à l’origine du message.

Roko Greach est un ancien compagnon d’armes de Lark devenu chasseur de primes. Il est engagé par une multimondiale pour traquer un clan de peaux-épaisses qui se cache depuis des décennies et demeure introuvable. Ce clan s’appelle les Nomarals et c’est aussi le clan de naissance de Lark.

Peaux-épaisses est un space opera qui tient toutes ses promesses. Beaucoup d’action dans cette chasse à l’homme qui emprunte aux codes du Western. Le dessin de Pasquale Frisenda et les couleurs de Stefani Rennée illustrent parfaitement l’univers de Laurent Genefort. Serge Le Tendre nous livre une adaptation réussie qui prend quelques distances avec l’oeuvre initiale, mais sans la corrompre. Une très bonne BD.

Peaux-épaisses – Scénario : Serge Le Tendre – Dessin : Pasquale Frisenda – Couleur : Stefani Rennée – Couverture : Gerald Parel. Une co-édition des Editions Critic et Les Humanoïdes associés. 92 planches + un carnet graphique

2 réflexions sur “Peaux épaisses de Serge Le tendre et Pasquale Frisenda

  1. C’est un one-shot si je comprends bien ? Je ne peux pas dire que la couverture m’attirait grandement, mais du coup ça peut s’envisager. Et comme il est illusoire de lire toute la bibliographie de Laurent Genefort, ça peut être l’occasion d’en lire, d’une certaine façon, un de plus. ^^

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s