La troisième griffe de dieu Adam-Troy Castro

Andrea Cort est de retour ! Au sommaire de ce tome 2 : un roman et une nouvelle. Pour celles et ceux qui n’ont pas encore lu le tome 1, vous trouverez des informations ici ou .

Après l’éco-système artificiel découvert dans Emissaires des morts, Andrea Cort découvre un autre monde, celui du pouvoir et de l’argent. Accompagnée des inseps (deux corps pour un seul esprit ) Oscin et Skye, elle embarque pour Xana, une planète privée appartenant à la famille Bettelhines. Devenue Procureure extraordinaire du Corps diplomatique, Andrea peut se déplacer comme bon lui semble sans avoir à en référer à ses supérieurs. Une fois arrivée sur le port orbital Indolente, elle est attaquée par un Bocaïn. Cette attaque n’est pas vraiment une surprise, Andrea Cort est considérée par les Bocaîns comme une criminelle de guerre et la prime pour sa mise à mort est considérable. Mais c’est l’arme utilisée qui questionne la Procureure. Les Griffes de dieu sont des armes sacrées qui étaient utilisées il y a 15 000 ans et dont la place aujourd’hui serait plutôt dans un musée. Y a-t-il un lien avec l’invitation des Bettelhines ? Cette puissante famille a fait fortune dans le commerce des armes ; et en prospérant sur les guerres et les génocides, on ne se fait pas que des amis. La griffe de dieu utilisée est peut-être aussi une pièce issue de leur collection ? C’est avec ces questions en tête que Maître Cort, Oscin et Skye, ainsi que plusieurs invités prennent place dans le Carrosse Royal, l’ascenseur spatial qui les emmène vers Xana.

Quel plaisir de retrouver l’univers d’Andrea Cort ! Adam-Troy Castro nous entraîne dans une sorte de Whodunit spatial super addictif, dans un mélange de roman à énigmes en huis clos et de space opera. L’auteur prend le temps pour développer l’intrigue. Il présente les différents protagonistes et à travers eux les enjeux et les rivalités composant la confédération homsap. Il dévoile aussi un peu plus la personnalité de son héroïne qui « s’humanise » au contact de ses compagnons inseps. Certains thèmes récurrents commencent à apparaître : le libre-arbitre, la servitude, la manipulation des foules (la fugue de Magrison est une maladie très flippante qui détruit le lien social). Ce deuxième tome conforte l’idée que nous nous étions faite à la lecture du premier. Nous avons là un nouveau grand cycle de space opera. En deux romans et cinq nouvelles nous découvrons un univers riche et cohérent dans un habile mélange de roman policier et de science-fiction où beaucoup de questions restent encore sans réponse. Gageons que la suite sera nous apporter ces réponses.

Pour terminer, je voulais remercier Gilles Dumay (pour les SP) mais aussi (surtout) pour la cohérence éditoriale. Il faut, pour prendre plaisir, lire l’ensemble d’une oeuvre comme celle-ci dans l’ordre chronologique. C’est ce que propose Albin Michel Imaginaire avec ces deux tomes. La nouvelle Un coup de poignard qui termine le livre fait la liaison entre le deuxième et le troisième roman en introduisant de nouveaux personnages et le début d’une nouvelle intrigue. Un prologue-teaser alléchant. Vivement la suite.

La troisième griffe de dieu – Adam-Troy Castro – roman traduit de l’anglais par Benoît Domis – 464 pages – 2021

Une réflexion sur “La troisième griffe de dieu Adam-Troy Castro

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s